La guerre des boutons : et si c’était le moment de faire la paix ?

Avertissement : Contrairement à ce que j’ai pu publier sur ce blog récemment, cet article traite d’un sujet beaucoup plus intime, et plus compliqué pour moi à aborder. Avant de commencer, je tiens à préciser que chacun vit et ressent les choses de manière différente. Mon expérience ne sera pas forcément similaire à la vôtre, mon avis ne sera pas forcément le vôtre, et ce qui fonctionnera pour moi ne fonctionnera pas forcément pour vous.

L’acné a toujours fait partie de ma vie. De manière plus ou moins intense, et aussi loin que je puisse m’en souvenir, j’ai toujours été gênée, déstabilisée, agacée par des invités indésirables qui s’installaient sur mon visage. De mon adolescence jusqu’à encore aujourd’hui, l’acné a toujours été au centre de mes préoccupations et de la plupart de mes discussions. Est-ce de nouveaux boutons ? Est-ce qu’ils ont évolué par rapport à la veille ? D’où viennent-ils ? Comment est-ce que je vais faire pour les camoufler et pour m’en débarrasser ? Parce que oui, l’objectif de ces discussions étaient toujours de réussir à s’en débarrasser le plus rapidement possible ou de pouvoir le cacher pour éviter que tout le monde le remarque.

Car oui, l’acné, il faut absolument le cacher. Lorsque j’étais plus jeune, il y avait souvent cette idée qui circulait autour de l’acné : l’acné, c’est sale. Si tu avais de l’acné, cela signifiait que tu avais une mauvaise hygiène de vie. Ce qui est absolument faux. Je suis même quasiment persuadée que les gens souffrant ou ayant souffert d’acné ont une bien meilleure hygiène que les autres lorsqu’il s’agit des soins de la peau. Pour moi par exemple, il est absolument impossible d’aller me coucher sans me démaquiller, me nettoyer la peau et sans avoir appliqué au moins une crème hydratante.

J’ai une petite anecdote à vous partager à ce sujet d’ailleurs, afin de vous prouver que ce stéréotype est bien présent dans l’esprit de certaines personnes. Il y a quelques années, en allant à la pharmacie pour aller chercher de la crème pour soigner son acné, ma soeur est tombée sur une pharmacienne, qui lui a fait le commentaire suivant : « Ce qui est important pour combattre les boutons, c’est de se laver le visage« . Ambiance…

L’acné semble souvent être un sujet à éviter avec les gens qui n’ont pas connu ce problème. Lorsqu’il m’est arrivé de me plaindre de cela auprès de personne n’aillant jamais eu de boutons de leur vie, leur réponse était toujours la même, sur un ton quasiment automatique : « Mais non, tu n’as presque rien » ou « Mais non, ça ne se voit pas« . Avant de passer bien sûr à un autre sujet. Il n’est pas rare non plus de recevoir des commentaires et des conseils non sollicités à ce sujet : « Tu as des boutons parce que tu manges trop gras » ou « Tu ne devrais pas te maquiller, c’est ça qui te donne des boutons« , pour n’en citer que deux.

L’acné et le maquillage, c’est également un grand sujet. D’un côté, il faudrait se maquiller, car il faut camoufler ces malheureux boutons. D’un autre, il faut éviter de se maquiller, car c’est soit disant cela qui nous donne des boutons. Et enfin, quelqu’un souffrant d’acné devrait éviter de trop (c’est dire?) se maquiller au risque d’être comparée à un Magnum Amande et d’être la risée de tous (les hommes principalement) : oui, cette comparaison m’a incroyablement traumatisée, et c’est désormais quelque chose à quoi je pense, à chaque fois que je me maquille alors que j’ai une poussée d’acné.

Indiscutablement, l’acné a donné naissance chez moi à de nombreux complexes. Ayant de l’acné depuis mon adolescence, dont des plaques de sècheresse autour du nez (bien gentillement qualifiées de « merde sous le nez » par un camarade de classe), j’étais terrifiée à l’idée d’attirer l’attention sur moi et que quelqu’un remarque que, comme tous les adolescents pourtant, j’avais des boutons sur le visage. De plus, ayant une très mauvaise vue, j’avais l’impression d’être le cliché vivant de l’adolescente peu attrayante, dont tout le monde se moquait dans les films américains. Pourtant c’était à cette période qu’il était « normal » d’avoir de l’acné.

De mémoire, je n’ai jamais jugé ou remarqué l’acné de quelqu’un. Pourtant quand il s’agit de la mienne, le moindre bouton, la moindre trace déclenche un complexe monstre. J’ai l’impression d’être la seule à en avoir et d’en avoir plus que tout le monde. Avec le recul, je me pose souvent la question de savoir si c’était la réalité ou pas : est-ce que mon acné au collège et lycée était si prononcée que ça ou est-ce que c’était juste moi qui était très critique avec moi-même ?

Je repense d’ailleurs à une conversation que j’ai eu avec une amie, où elle se demandait pourquoi elle était dégoûtée et gênée par le moindre bouton qu’elle avait mais était pourtant complètement indifférente aux boutons que son copain pouvait avoir. Pourquoi sommes-nous plus durs avec nous même qu’avec les autres ? C’est une bien belle question.

Malheureusement, cette idée de « j’ai de l’acné, donc je ne suis pas jolie » est encore bien ancrée dans mon esprit, et dès que j’ai une poussée inflammatoire, j’ai dû mal à me regarder dans le miroir sans avoir des pensées négatives et je perds toute confiance en moi. Il est alors impensable pour moi que je puisse plaire à quiconque ainsi. À l’époque où il y avait encore des sorties, avoir des boutons pouvait me pousser à annuler une sortie.

Après avoir pris le traitement Roaccutane, mon acné a diminué pendant quelques temps, mais je me suis retrouvée avec des nombreuses cicatrices sur les deux joues. Ces cicatrices étaient à peu près la seule chose sur laquelle j’arrivais à me concentrer et ont fait naître un nouveau complexe. J’ai réalisé de nombreuses séances de lasers pour les atténuer et réussir à mieux m’accepter.

Aujourd’hui, j’ai encore des poussées de manière assez récurrentes. Ces poussées sont liées à beaucoup de choses différentes : le stress, les changements de températures, les hormones, la pollution, une alimentation trop riche, qui peut être un facteur aggravant… Mais quoiqu’il en soit, c’est toujours quelque chose qui a un impact negatif sur mon humeur et ma qualité de vie. En plus de me faire perdre confiance en moi, elles sont bien souvent douloureuses.

Depuis des années, mon premier réflexe lorsque j’ai des boutons c’est de l’assécher, d’utiliser des masques et des soins purifiants, qui sont souvent très agressifs. J’utilisais vraiment tous les traitements existants pour m’en débarrasser à tous prix et au plus vite, car c’est ce que j’avais toujours appris à faire et que dans mon esprit et celui dans la société, avoir de l’acné est difficilement acceptable.

Récemment, très récemment même, j’ai adopté une nouvelle approche. J’utilise une méthode plus douce, j’utilise l’amour (oui, oui). Voilà comment j’essaie de raisonner désormais : quand j’ai une poussée inflammatoire, c’est parce que ma peau a été agressée et qu’elle réagit de manière violente (et douloureuse). Au lieu de répondre avec des produits qui vont encore plus l’agresser, mon but va être d’essayer de la réconforter, de la calmer et de l’apaiser.

Je laisse alors de côté les crèmes purifiantes et anti-imperfections dédiées aux peaux grasses, et je privilégie des masques apaisants et des crèmes hydratantes. Adieux les exfoliants et les lotions asséchantes ! J’ai utilisé cette méthode sur ma dernière poussée et j’ai vraiment l’impression que ça a fait effet. Ma peau s’est calmée et les boutons ont diminués.

Voilà peut-être une solution pour ne plus souffrir de l’acné : ne plus chercher à s’en débarrasser et à le camoufler par tous les moyens, ne plus agresser notre peau, ne plus en faire notre préoccupation numéro une, et simplement apprendre à vivre avec. Mais pour ça, il faudrait que notre société accepte qu’avoir de l’acné est une chose tout à fait normale et acceptable, peu importe notre âge. À ce titre, il y a de nombreuses influenceuses qui font un travail incroyable pour normaliser l’acné : Sofia Grahn, Nicole, Patsy ou encore Katie Anne.

Alors, prêts à arrêter de se juger, de se critiquer et à accepter notre acné ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s